VASCO DE GAMA

Un homme à la destinée incroyable, saura à lui seul, guider des centaines d’autres sur des océans inconnus. Sans le savoir, son nom sera associé au monde maritime et aux découvertes du XVe siècle dans les livres d’histoire, et donné de la grandeur à son pays natal, le Portugal.

Cet homme, c’est Vasco da Gama, l’un des plus jeunes explorateurs de son époque, et le premier européen à conquérir la terre des Indes.

Les destinations de MARCO VASCO



>> Retour sur MARCO VASCO

Vasco de Gama : un navigateur et explorateur du monde

Il est le 3ème fils d’une noble famille portugaise né aux alentours de 1469, à Sines au Sud du pays, sur la côte atlantique : dès sa naissance, il respire les embruns !

Son père, gouverneur et homme très respecté, privilégie une éducation militaire qui porte sur la science de l’astronomie. C’est donc avec évidence, qu’il intègre une école nautique prestigieuse. Sa famille proche de la cour royale se voit attribuer quelques pouvoirs, qui permettent de mettre en avant les Gama… Peu d’informations sont données sur sa jeunesse, on le suppose brillant élève à l’avenir prometteur.

1492, est pour lui, la date de sa nomination comme officier de marine. Une année telle un signe fort du destin, puisque Christoph Colomb découvrit les Amériques cette même année !

Il est choisi, dans la foulée, par le Roi du Portugal, Jean II, et prend son poste dans la partie la plus au sud de Lisbonne, avec l’objectif de torpiller, en signe de représailles, les bateaux corsaires français qui attaquent les navires marchands portugais, lourds d’or en provenance d’Afrique. Ainsi, son impressionnant sens de la navigation, lui vaut de se faire remarquer de nouveau par le Roi, qui le nomme comme le chef de ses flottes, pour un vieux dessein longtemps mis de côté, mais cher à Jean II : ouvrir une route maritime jusqu’aux Indes, à qui on donnera plus tard le nom de « route des épices » ou de « route des Indes ».


Vasco de Gama en conquête de l’Inde

L’aventure des Indes avorte, avant même d’avoir commencé avec le décès de Jean II. Mais son successeur, le Roi Manuel Ier n’oublie pas le projet, et convoque de nouveau Vasco pour partir en mer et lui fournit 3 gros navires et plus de 150 hommes. Il a pour ordre de créer un chemin commercial pour faciliter les échanges avec le continent asiatique et de remettre des missives écrites par le Roi pour les souverains de ces contrées lointaines. Son départ est fêté avec tous les honneurs le 8 juillet 1497.

Son voyage est placé sous une excellente étoile, car il positionne sa caravelle sur la bonne route en évitant les pièges de l’océan atlantique sud. Aussi, il mit moins d’un mois pour se retrouver au niveau des îles du Cap vert, face au Sénégal. Il accosta le 8 novembre à l’île Sainte-Hélène avec, en face, la région de Somalie comme terre ferme. Il dépassa le cap de Bonne-Espérance pour passer Noël à Durban, au bord de l’océan indien. Son périple continuera avec la rencontre de marchands arabes, qui fut loin d’être cordiale ! En arrivant au Kenya, il reçut le soutien d’un sultan, qui le mit en relation avec un pilote italien. Ce dernier permit à la flotte portugaise de s’amarrer enfin, au port de Calicut (Kozhycode ville actuelle), le 19 mai 1498. Il avait réussi son exploit en moins d’une année. Ainsi, cet homme si jeune, qui partit sans expérience, amena ses navires et ses hommes à destination, tel un maître des mers.

Mais malgré un succès immédiat auprès du gouverneur des lieux, les marchands arabes inquiets et sujets de ce dernier, firent croire qu’il n’était venu que pour piller. Aussi, le navigateur et explorateur portugais passa quelques heures en prison, puis pu rejoindre ses troupes et quitter les Indes le 27 août 1498. Ce qui lui laissa un goût amer : il ne ramena que des objets sans grande valeur, ni or, ni ivoire, ou autres trésors inédits.

Il repartit en 1502, fort d’une flotte de 23 navires, pour mettre en place une présence portugaise dans ce pays qui l’avait tant malmené ! Il en sera pourtant le vice-roi 24 ans plus tard, pour mourir de vieillesse à la fin de cette même année : 1524.